Conservatoire d'espaces naturels de Corse

patrimoine naturel et culturel de la Corse

Nos actions » Plans Nationaux d'Actions

 

Qu'est-ce qu'un Plan National d’Actions (PNA) ?

 

      Lancé en 1996 à la suite du Grenelle de l’environnement, le Plan National d’Actions (PNA) est un outil de protection de la biodiversité. Il existe de nombreux plans nationaux d’actions en faveur des espèces, parmi lesquels le CEN Corse tient le rôle soit d'animateur, soit de partenaire en réalisant des actions.

 

     Coordonné par l’État, via les Directions Régionales de l’Environnement, l’Aménagement et du Logement (DREAL), le PNAvise à définir des actions nécessaires à la conservation ou au rétablissement des espèces de faune et de flore sauvages menacées ou faisant l’objet d’un intérêt particulier. Il répond ainsi aux exigences des directives européennes dites "Oiseaux" (79/409/CEE du 2 avril 1979) et "Habitats" (92/43/CE du 21 mai 1992) qui engagent au maintien ou à la restauration des espèces d'intérêt communautaire dans un bon état de conservation.

 

 Un Plan National d’Actions se construit sur trois axes :

  • la connaissance, en organisant un suivi cohérent des populations des espèces concernées,
  • la conservation, par la mise en place d’actions de préservation spécifiques,
  • la sensibilisation des acteurs concernés et du grand public.

 

     En pratique, le Plan National d’Actions est défini pour une durée de 5 ans (parfois 10), sur la base d’une liste d’espèces élaborée par le Muséum National d’Histoire Naturelle. Il est conçu en trois étapes :

  • l’état des lieux des connaissances (synthèse des acquis sur le sujet : contraintes biologiques et écologiques propres à l'espèce, causes du déclin et actions déjà conduites),
  • la définition des besoins et des enjeux de préservation (définition d’une stratégie à long terme),
  • les objectifs à atteindre (actions de conservation à mener et leurs modalités).

 

     Le ministère en charge de l’environnement désigne une DREAL coordinatrice chargée de piloter le plan, en lien avec un comité de pilotage. D’autres DREAL sont associées à la démarche (celles dont le territoire est concerné par l’espèce), et de nombreux autres acteurs sont consultés (collectivités territoriales, EPCI, autres établissements publics et partenaires scientifiques et techniques, associations de protection de la nature, réseau de bénévoles, socioprofessionnels).

 

************

 

Le CEN Corse agit et collabore avec de nombreux partenaires dans le cadre de plusieurs PNA : 

 

>  PNA Tortue d’Hermann (le CEN Corse est coordinateur régional de sa mise en œuvre avec l'aide financière de la DREAL et de l'OEC)  

>  PNA Cistude d’Europe

>  PNA Milan royal 

>  PNA Crapaud vert 

>  PNA Buglosse crépue 

>  PNA Sitelle corse 

>  PNA Gypaète barbu

 

 

 



Les Plans Nationaux d’Actions pour lesquels le CEN Corse est (ou a été) animateur/partenaire :


>  PNA Tortue d’Hermann (Testudo hermanni) :

 

  • Période de mise en œuvre : 2009-2014 (1er PNA) & 2018-2027 (2ème PNA, en cours)
  • Structure coordinatrice : DREAL Provence-Alpes-Côte d’Azur
  • Coordinateur régional (en Corse) : CEN Corse
   

     La Tortue d’Hermann est actuellement l’un des reptiles les plus menacés à l’échelle européenne et mondiale. En France, l’espèce ne subsiste plus qu’en Corse et, en effectifs réduits, dans le Var. Les mesures mises en œuvre pour préserver l’espèce depuis une vingtaine d’années n’ont pas permis d’enrayer le processus de déclin. La Corse se distingue par la présence d’importants noyaux de population qui témoignent d’une meilleure vitalité de l’espèce. Celle-ci semble essentiellement liée à la qualité des habitats disponibles et à un 

meilleur potentiel démographique. Mais cette situation originale ne doit pas masquer les principaux facteurs de déclin de l’espèce : déprise rurale, urbanisation, incendies, prélèvement en tant qu’animal de compagnie etc., déjà à l’œuvre. Elle nécessite l’élaboration de mesures conservatoires précoces pour tenter d’enrayer ces menaces et prévenir si possible sur le long terme la disparition de population de tortues.

      Ainsi, un premier Plan National d’Actions (PNA) en faveur de la Tortue d’Hermann (2009-2014) a permis d’entreprendre de nombreuses actions de conservation, avec pour objectifs généraux d'inverser la tendance au déclin de l'espèce en favorisant activement l’accroissement de ses effectifs ainsi que l’expansion de ses populations. 

        Aujourd’hui, un 2ème Plan National d'Actions (2018-2027) voit le jour afin de poursuivre sur le long terme les actions de conservation déjà engagées. Ce nouveau PNA s’attachera d’une part à développer et renforcer le réseau des acteurs du territoire et d’autre part, à pérenniser les actions en élaborant une gouvernance solide post-PNA et des outils opérationnels adaptés aux problématiques de l’espèce et du territoire. La DREAL Corse, l’Office de l’Environnement, et le CEN Corse réalisent la déclinaison régionale et la mise en œuvre en Corse de ce 2ème plan. 

 

*

 

Quelques actions menées par le CEN Corse :

 

     En Corse, l’objectif principal est de maintenir les populations actuelles dans un état de conservation adéquat et, dans un certains nombre de cas, de chercher à permettre le retour de populations viables sur des portions de territoires jadis favorables aux tortues. Au regard de la faible surface de sites réellement protégés pour l’espèce, la stratégie consiste à :

  • Accroître le réseau d’espaces protégés dédiés à la conservation de la tortue (maîtrise foncière, Natura 2000, statuts de protection).
  • Suivre et faire connaitre l’évolution des populations au cours du temps (inventaires, cartographies…).
  • Prendre en compte de l'espèce dans les documents de planification et les projets, ainsi que dans les pratiques de gestion forestière et agricole.
  • Réduire les impacts défavorables aux tortues (débroussaillages mécaniques, défrichements …).
  • Mettre en place des plans de gestion sur les espaces protégés accueillant des populations de tortues.
  • Informer le public et les scolaires par des actions de sensibilisation diverses.

 

*

 

Lien vers le(s) PNA :

 

Ø  Plan National d’Actions n°1 en faveur de la Tortue d’Hermann 2009-2014 (PDF)

Ø  Plan National d’Actions actuel en faveur de la Tortue d’Hermann 2018-2027 (PDF)

 

 


************

 

 

>  PNA Cistude d'Europe (Emys orbicularis) :

 

  • Période de mise en œuvre : 2011-2015 (1er PNA) & 2019-2023 (2ème PNA, en cours de rédaction)
  • Structure coordinatrice : DREAL Auvergne Rhône-Alpes          

     En France, la Cistude d’Europe, espèce de tortue d’eau douce, est actuellement présente dans 11 régions (Aquitaine, Auvergne, Bourgogne, Centre, Corse, Languedoc-Roussillon, Limousin, Midi-Pyrénées, Poitou- Charentes, Provence alpes côte d’Azur, Rhône-Alpes). La régression constatée au niveau national, associée à une importante fragmentation des populations, a justifié la mise en place d’un 1er Plan national d’actions (2011-2015) en faveur de l’espèce. Son maintien à long terme dépend en effet de la mise en place de mesures de conservation spécifiques. Les principales menaces pesant sur la Cistude d’Europe étant la fragmentation d’habitats (développement touristique, urbanisation), le curage et la pollution des cours d’eau, ainsi que la présence de tortues exotiques (notamment la Tortue à tempe rouge – Trachemys scripta elegans) dans son milieu.

      Pour le moment, la Cistude d’Europe semble globalement peu menacée en Corse où elle est essentiellement répartie sur la frange littorale, aux abords des zones humides et des embouchures des cours d’eau. L’enjeu majeur de conservation porte alors essentiellement sur la préservation de ses habitats – dont l’état de conservation actuel est satisfaisant – et sur le maintien des connexions qui existent entre eux. Au niveau national, un 2ème PNA (2019-2023) est actuellement en cours de rédaction. En Corse, la DREAL Corse et le CEN Corse réalisent la déclinaison régionale et la mise en œuvre de ce plan.

 

*

 

Quelques actions menées par le CEN Corse :

 

  • Inventaires dans des zones humides (tourbière de Moltifao, canaux de Mucchiatana, embouchure du Golo).
  • Suivi et études des populations des sites gérés par le CEN-Corse (étang de Codole, embouchure du Rizzanese…).
  • Nombreuses actions de sensibilisation et communication (Poster, animations grand public et scolaires, sensibilisation des pêcheurs, plaquettes, panneaux, émissions régionales, chantiers d’automne…).
  • Entretien des milieux favorables à l’espèce (restauration roselière…).
  • Information du public et des scolaires par des actions de sensibilisation diverses.
  • Etude et tentative d’éradication d’une espèce invasive : la tortue de Floride.

 

*

 

Lien vers le(s) PNA :

 

Ø  Plan National d’Actions n°1 en faveur de la Cistude d’Europe 2011-2015 (PDF)

Ø  Plan National d’Actions n°2 en faveur de la Cistude d’Europe 2019-2023 en cours de rédaction


 

************

 

 

>  PNA Milan royal (Milvus milvus) :

 

  • Période de mise en œuvre : 2003-2007 (1er Plan de restauration, actions poursuivies jusqu’au 2ème PNA) & 2018-2027 (2ème PNA, en cours)
  • Structure coordinatrice : DREAL Grand-Est

   

    Le Milan royal est un rapace endémique d’Europe occidentale autrefois commun et aujourd’hui considéré comme une espèce quasi menacée. Au début des années 90, le Milan royal a connu, en France, une chute brutale de ses effectifs et une réduction de son aire de répartition. Pour tenter d’appréhender l’évolution des effectifs et de limiter l’impact des menaces, encore nombreuses, un plan national de restauration a été mis en place depuis 2003. Malgré les actions entreprises et quelques succès enregistrés, l’espèce demeure dans un mauvais état de conservation. Au regard de ses engagements internationaux en faveur de la biodiversité et des obligations communautaires, la France se doit donc de poursuivre et renforcer ses actions en vue d’améliorer l’état de conservation de ce rapace. Un second Plan national d’actions est ainsi lancé en 2018 pour 10 ans. En Corse, un programme de surveillance de la population de Milans est porté par le CEN Corse et ses partenaires (DREAL, OEC) depuis 2006. Aux deux sites de référence nationale pour le suivi de la reproduction (la vallée du Reginu et la région d’Ajaccio) se sont ajoutés en 2017 deux nouveaux sites de prospection : Penta-di-Casinca et Propriano. Ainsi, le CEN Corse, la LPO, la DREAL Corse, l’OEC et les autres partenaires se mobilisent dans le cadre du PNA Milan royal, pour protéger, sauvegarder et améliorer la conservation des populations de Milans royaux.

 

*

 

Quelques actions menées par le CEN Corse :

 

  • Suivi de reproduction sur le secteur d’Ajaccio et dans la vallée du Reginu.
  • Suivi de dortoir sur toute la Corse.
  • Suivi des oiseaux marqués.
  • Transmission des données aux différents partenaires (OGREVA, DDTM, LPO) et participation au bilan annuel du réseau national Milan.
  • Information du public et des scolaires par des actions de sensibilisation diverses.
  • Mise en place d’une enquête participative.

 

*

 

Lien vers le(s) PNA :

 

Ø  Document de présentation du Plan de restauration en faveur du Milan royal 2003-2007 (PDF)

Ø  Plan National d’Actions actuel en faveur du Milan royal 2018-2027 (PDF)



************

 

 

>  PNA Crapaud vert (Bufo viridis) :

 

  • Période de mise en œuvre : 2014-2018 (1er PNA) 
  • Structure coordinatrice : DREAL Grand-Est

   

    Le Crapaud vert est une espèce d’amphibien anoure en déclin sur l’extrémité occidentale de son aire de répartition depuis plusieurs années. Il est protégé au niveau national français et inscrit aux annexes de plusieurs directives et conventions européennes du fait du mauvais état de conservation de ses populations (évolution défavorable de son habitat). La répartition actuelle du Crapaud vert en France est limitée à l’Alsace, la Lorraine, la Corse et depuis 2010 à la Franche-Comté dans le Doubs. En Corse, les connaissances actuelles le classent comme appartenant à la sous-espèce Bufo viridis balearicus, le Crapaud vert des Baléares. C’est aujourd’hui le seul bufonidé connu en Corse.

Etant exposé à un risque d’extinction à moyen terme sur le territoire français, le Ministère de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement durable et de la Mer a décidé de mettre en place un Plan national d’actions en faveur de l’espèce. Ce dernier propose un certain nombre de stratégies à long terme : préservation des populations et des sites, réduction des menaces anthropiques, amélioration de la connaissance de son écologie, communication et sensibilisation du grand public et de l’ensemble des acteurs concernés. Ainsi, en Corse, le CEN Corse, la DREAL Corse, l’OEC et les différents partenaires se mobilisent dans le cadre du PNA Crapaud vert, pour protéger, sauvegarder et améliorer la conservation du Crapaud vert.

 

*

 

Quelques actions menées par le CEN Corse :

 

  • Suivi des indicateurs d’évolution des populations et de leur état de conservation.
  • Etude comparative des populations de plaine et d’altitude du Crapaud vert en Corse.
  • Amélioration des connaissances sur la chorologie des populations de Crapaud vert en Corse.
  • Information du public par la diffusion d’un livret et des actions de sensibilisation.
  • Mise en place d’une enquête participative.

 

*

 

Lien vers le PNA :

 

Ø  Plan National d’Actions en faveur du Crapaud vert 2014-2018 (PDF)



************

 

 

>  PNA Buglosse crépue (Anchusa crispa) :

 

  • Période de mise en œuvre : 2012-2016 (1er PNA) 
  • Structure coordinatrice : DREAL Corse
 

   Anchusa crispa Viv. (Boraginaceae), espèce rare et protégée, est une plante endémique corso-sarde, à aire de distribution très restreinte. En Sardaigne, sur les 9 populations recensées, 3 ont aujourd’hui disparu. En Corse, il existe aujourd’hui 6 populations « naturelles » (Cannella, Favone, Portigliolu, Campitellu, Cappicciolu et Cala Piscona). Trois d’entre elles sont menacées de disparition à court ou moyen terme.

    Cette espèce est soumise à un haut risque d’extinction en Corse et en Sardaigne (activités touristiques, force et fréquence des tempêtes d’hiver, etc…).

    Cette situation a amené le MEDDE (Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie) à considérer qu’il devenait prioritaire de conduire des actions de conservation. Un Plan national d’actions (PNA) a alors été lancé sur la période 2012-2016. Coordonné par la DREAL Corse, il est animé par le CEN Corse et se décline en 16 actions prioritaires.Le Conservatoire Botanique National de Corse (CBNC) a eu en charge l’élaboration du document. L’objectif du plan vise à la conservation et à la restauration de toutes les populations d’Anchusa crispa, afin d’atteindre une dynamique de population viable.

 

*

 

Quelques actions menées par le CEN Corse :

 

Le CEN Corse gère actuellement 6 sites où l’espèce est présente. La gestion consiste essentiellement à :

  • Mettre en défense les stations de la Buglosse crépue par la pose de clôtures.
  • Renforcer les populations (plantation de pieds provenant de cultures).
  • Informer le public par la publication de plaquettes et des panneaux.
  • Recenser et suivre annuellement les populations.
  • Arracher ou éliminer les espèces invasives (i.e. Griffes de sorcière (Carpobrotus edulis), Lavatère arborescente (Lavatera arborea)).

 

*

 

Lien vers le PNA :

 

Ø  Plan National d’Actions en faveur de la Buglosse crépue 2012-2016 (PDF)


 

************

 

 

>  PNA Sitelle corse (Sitta whiteheadi) :

 

  • Période de mise en œuvre : 2001-206 (1er Plan de restauration) & 2017-2026 (2ème PNA, en cours)
  • Structure coordinatrice : DREAL Corse

    La Sittelle corse est l'unique espèce d'oiseaux endémique de  France métropolitaineet ne se trouve qu'en Corse, où elle peuple les vieilles pineraies d’altitude (Pins laricio, entre 600 et 1800 m). L’espèce est menacée par la perte de ses sites de nidification et par la fragmentation de son habitat. La Sittelle corse est considérée comme « vulnérable » par l'UICN car sa population est de petite taille et son aire de distribution est assez restreinte. Dans le cadre du PNA (2010-2020) dédié à la conservation de la Sittelle corse, l’ONF, animateur du PNA, mobilise un réseau d’ornithologues de terrain pour pouvoir procéder à l’évaluation des populations de l’espèce selon les propositions du groupe de travail “sittelle”. L’ONF fait ainsi appel au CEN Corse depuis 2015 pour réaliser l’inventaire de plusieurs massifs forestiers.


*

 

Quelques actions menées par le CEN Corse :

 

En partenariat avec l’ONF, le CEN Corse est impliqué dans des suivis « Sittelles » depuis 2015. Ainsi, il est venu en appui de plusieurs missions dans le cadre du PNA Sitelle :

  • Recensement de nids et de territoires dans différents massifs (Valduniellu, Rospa Sorba, Melu, Lonca, Sant’Antone).
  • Recensement des individus.

 

*

 

Lien vers le(s) PNA :

 

Ø  Plan National d’Actions en faveur de la Sitelle corse 2010-2020 (PDF)


 

************

 

 

>  PNA Gypaète barbu (Gypaetus barbatus) :

 

  • Période de mise en œuvre : 2010-2020 (1er PNA) 
  • Structure coordinatrice : DREAL Nouvelle Aquitaine

      En Corse, le Gypaète barbu – plus grand rapace de Corse – est suivi depuis de nombreuses années par le PNRC (Parc Naturel Régional de la Corse). L’île comptait 10 couples jusqu’en 2008. La population a progressivement chuté ces dernières années. Aujourd’hui, il ne reste que quatre à six couples, tous répartis dans le nord de la chaine centrale (massif du Rotondu, massif du Cintu). La principale hypothèse pour expliquer la baisse de l’effectif du Gypaète en Corse est la diminution importante des ressources alimentaires suite à la régression du pastoralisme en montagne à partir de la seconde moitié du XXIème siècle. Sans doute d’autres facteurs sont venus s’ajouter par la suite (facteurs génétiques, facteurs environnementaux, interactions entre espèces, facteurs anthropiques…). Un PNA (2010-2020) a été mis en place afin de poursuivre toutes les actions déjà entreprises en faveur de la conservation du Gypaète. Le programme Gypaète mené par le Parc Naturel Régional Corse (PNRC) vise à rétablir cette population qui est en voie d’extinction. L’urgence, pour des espèces longévives comme le Gypaète, est la survie des individus, donc, en Corse, la survie des quelques couples restants et des immatures. Le nourrissage artificiel, avec la limitation des risques liés à l’homme, reste pour le moment une des seules solutions à court terme pour parvenir à réaliser cet objectif.

 

*

 

Quelques actions menées par le CEN Corse :


Le CEN Corse est impliqué depuis de nombreuses années dans des actions « Gypaètes » notamment par sa participation aux comptages (bénévoles et/ou salariés). En 2017, le CEN Corse a participé à plusieurs actions de terrain en concertation avec le PNRC. Ainsi il est venu en appui de plusieurs missions dans le cadre du PNA Gypaète :

  • Suivi de territoires.
  • Suivi et comptage des couples de Gypaètes.
  • Surveillance et suivi de points de nourrissages.

Le CEN Corse a aussi participé à une réunion concernant le montage du projet LIFE.

 

*

 

Lien vers le(s) PNA :


Ø  Plan National d’Actions en faveur du Gypaète barbu 2010-2020 (PDF)

 

 


 

Pour en savoir plus sur les Plans Nationaux d'Actions (PNA) :