Conservatoire d'espaces naturels de Corse

patrimoine naturel et culturel de la Corse

Les travaux scientifiques

Liste des travaux scientifiques réalisés par l'association et ceux auxquels elle a participé

Rechercher           

N°198 - Poursuite des inventaires avifaune sur les sites rupestres

Auteur : JOLIN C. et.DESTANDAU R. - Publié en 2008 - Editeur : AAPNRC

Télécharger le rapport - 34 pages

L’inventaire des oiseaux rupicoles a été réalisé dans le cadre de la convention DIREN/AAPNRC 2008. Il a pour but de fournir des informations sur les oiseaux rupicoles en période de reproduction sur quatre sites prédéfinis (communes de Omessa, Sartène, Sainte Marie de Figaniella et Ghisoni).
Le bilan des observations est le suivant :
• Le faucon pèlerin niche sur deux sites de manière certaine et sur deux autres sites de manière probable ou possible.
• L’aigle royal niche sur un site de manière probable ou du moins à proximité, une tentative de reproduction échouée a été constatée sur un site.
• L’hirondelle des rochers niche sur tous les sites.
• Le martinet pâle niche sur au moins un site.
• Le martinet à ventre blanc niche sur au moins un site.
• Le pigeon biset niche sur au moins deux sites.
• Le grand corbeau niche sur tous les sites.

Il serait judicieux de prendre en compte le développement des loisirs d’escalade avec l’équipement et la fréquentation humaine qu’il engendre. Ces sports de plein air ne sont pas sans effet sur le milieu naturel. Il est opportun de limiter la fréquentation lorsque les voies et passages sont à proximité des nids des espèces les plus sensibles au dérangement (faucon pèlerin, pigeon biset et grand corbeau). Il ne faut pas oublier que les falaises regorgent aussi d’une flore et d’une faune très diversifiée sensibles aux dérangements. Au sein des instances de la jeunesse et des sports, un comité départemental des espaces, sites et itinéraires (CDESI) n’est pas mis en place en Corse actuellement. Ce comité aurait pour but d’organiser un maillage territorial cohérent des activités en nature (randonnée, escalade, canyoning, etc.), alors que les sports de nature sont déjà très développés sur l’île.