Conservatoire d'espaces naturels de Corse

patrimoine naturel et culturel de la Corse

Les travaux scientifiques

Liste des travaux scientifiques réalisés par l'association et ceux auxquels elle a participé

Rechercher           

N°220 - Inventaire des fontaines de bord de routes départementales en Corse : Tranche n°1 Extrême sud (Alta-Rocca)

Auteur : ALESSANDRI J. - Publié en 2009 - Editeur : AAPNRC

Mots clés : fontaines, routes

230 pages

Commentaires : Rapport disponible à l'association

A l’achèvement de cette déambulation sur les routes départementales de la région Extrême-sud Alta Rocca, les statistiques établies nous semblent relativement significatives, elles permettent d’établir quelques constats majeurs :
- A de rares exceptions près, les fontaines se concentrent dans un petit périmètre de montagne dont le barycentre se situe dans le secteur de la Punta di a Vacca morta ;
- Dans ce même secteur, les fontaines encore présentes, coulent pour la plupart ;
- Plus de la moitié d’entre-elles coulent encore et ce ratio atteint 81% si l’on ne considère que les fontaines toujours existantes. A titre de comparaison, il est bon de rappeler que sur les routes nationales, seulement 41% des fontaines sont alimentées ;
- Sur les 45 routes étudiées, les départementales 59 & 368 renferment à elles seules 2/3 des fontaines ;
- Les fontaines rencontrées ne sont pas globalement très intéressantes, soit du fait d’une réfection récente peu pertinente, soit d’une architecture originelle moyenne ;
- 1/3 des fontaines du secteur a disparu ;
- 4 fontaines sur 10 sont en excellent état.

Nous nous plaisons déjà à imaginer ce que représentera l’intégralité de l’étude dans quelques années et l’ample base de données qui se sera enrichie au fil du temps et des circonvolutions croisées sur les routes de l’île. La série d’indicateurs présents dans la partie Statistiques s’enrichira progressivement et permettra des comparaisons pertinentes. Comme l’an dernier, à une exception près, nous n’avons reçu aucune réponse au questionnaire systématiquement adressé aux communes et qui devait permettre de retracer notamment leur histoire. C’est encore une fois, ce volet historique qui est sacrifié sur l’autel de l’indifférence ou du désintérêt. Nous sommes convaincus que le secteur présentement étudié constitue, au niveau du nombre de fontaines, le parent pauvre de la Corse (il le fut déjà l’an dernier, au titre des fontaines des routes nationales). Nul doute que les prochaines régions offriront une moisson bien plus étoffée, parfois sur des surfaces moindres.

Un an après notre premier travail, la poursuite de l’inventaire sur les routes départementales constitue une suite heureuse et pour le moins indispensable à la connaissance de cet extraordinaire patrimoine. Nous sommes reconnaissants à l’Office de l’Environnement de la Corse de remettre en lumière ces domestications de l’eau de nos aïeux, trop longtemps oubliées.

(Document disponible à l'association)