Conservatoire d'espaces naturels de Corse

patrimoine naturel et culturel de la Corse

Les travaux scientifiques

Liste des travaux scientifiques réalisés par l'association et ceux auxquels elle a participé

Rechercher           

N°366 - ETUDE PRÉLIMINAIRE A LA REINTRODUCTION DE L'ERISMATURE A TETE BLANCHE EN CORSE

Auteur : GOES F. - Publié en 2013 - Editeur : GOES F.

Télécharger le rapport - 25 pages

L'objet de la présente étude est d'évaluer le contexte général par rapport à un éventuel nouveau programme de réintroduction de l'Erismature à tête blanche en Corse. Il se limite à dresser un état des lieux de la situation actuelle de l'espèce, des expériences et leçons tirées de précédents programmes de réintroduction et des conditions nécessaires pour relancer une réintroduction. Ce travail ne se substitue en aucun cas à une étude de faisabilité en bonne et due forme, mais constitue une phase préalable à la relance éventuelle de ce projet. Malgré le sauvetage spectaculaire de la population espagnole, l'état de conservation de l'Erismature à tête blanche reste préoccupant en Europe. La menace de pollution génétique et de supplantation résultant de l'expansion de l'Erismature rousse (espèce introduite considérée comme invasive) en est la principale cause. Du côté de l'Erismature à tête blanche européenne, on se trouve de toute évidence en présence d'une espèce affaiblie génétiquement, peu fertile, présentant des anomalies de comportement reproducteur, écologiquement exigeante et de surcroît se laissant tirer sans réflexe de fuite face aux chasseurs. Elle présente ainsi tous les symptômes d'un indice de vitalité très faible. Le tableau vital de son espèce concurrente est, à l'opposé, celui d'une population en pleine santé : en expansion, adaptative, agressive, dominante génétiquement et comportementalement. Face à cet état de fait, et malgré le programme national d'éradication, cette espèce invasive peut apparaître à tout moment et en tout lieu sur le territoire français. La présence supplémentaire d'oiseaux captifs non répertoriés et détenus par des privés complique également la situation et empêche toute certitude sur l'élimination définitive de l'espèce dans une région donnée. Ainsi, les éléments recueillis lors de cette étude ne plaident pas en faveur de la poursuite de tels programmes de réintroduction dans l'état actuel des populations tant d'Erismature à tête blanche que d'Erismature rousse. Le diagnostic de situation montre en effet un tableau clairement en faveur de l'espèce exotique introduite.