Conservatoire d'espaces naturels de Corse

patrimoine naturel et culturel de la Corse

Les travaux scientifiques

Liste des travaux scientifiques réalisés par l'association et ceux auxquels elle a participé

Rechercher           

N°231 - Inventaire et phénologie de la reproduction des amphibiens sur les mares temporaires du sud de la Corse

Auteur : FLEURIAU R., DESTANDAU R. et BOSC V. - Publié en 2010 - Editeur : AAPNRC

Télécharger le rapport - 56 pages

« L'Office de l'Environnement de la Corse (OEC), en partenariat avec la Direction Régionale de
l'Environnement de l'Aménagement et du Logement (DREAL) et l'Agence de l'Eau Rhône
Méditerranée & Corse, a lancé un Programme d?Action pour la Conservation des Mares Temporaires
de l'île dont l'objectif est d'assurer la préservation de cet écosystème original et fragile, inscrit comme
habitat prioritaire de la Directive « Habitats ».
Jusqu'à ce jour aucun inventaire précis de la fréquentation des mares par les amphibiens n'avait été
réalisé sur l'ensemble des sites concernés ici. A cette fin, les organismes précédemment cités ont
confié en 2010, la réalisation de cette étude à l'Association des Amis du Parc, Conservatoire des
Espaces Naturels de Corse (AAPNRC, CEN-Corse).
Les objectifs principaux ont été de réaliser sur 26 mares temporaires du département de la
Corse du Sud :
- Un inventaire batracologique afin de recenser les espèces et les sites de reproduction des
Amphibiens présents sur les mares temporaires étudiées.
- Une évaluation de la densité d'adultes reproducteurs et une estimation de leur répartition dans le
temps et dans l'espace entre mars et juin 2010 puis fin octobre à raison d'une visite mensuelle diurne
et nocturne.
Les 4 espèces d'Anoures couramment observées en moyenne altitude en Corse ont été recensées.
Le Discoglosse sarde (Discoglossus sardus) a été contacté et se reproduit sur 12 des 26 sites
prospectés, le Crapaud vert (Bufo balearicus) a été attestée reproducteur dans 15 mares et la Rainette
verte (Hyla sarda) se reproduit dans 23 des 26 mares. La reproduction de la Grenouille de Berger
(Pelophylax bergeri) n'a pu être vérifiée que sur 5 des 11 sites où elle a été rencontrée.
L'espèce se reproduit plus tardivement et est beaucoup plus dépendante du milieu aquatique que les
espèces précédentes et ne stationne donc véritablement qu'au sein des mares les plus profondes.
Les larves de Discoglosse sarde présentent le développement le plus avancé de toutes les espèces
reproductrices lors de la session de la fin mars, des individus adultes sont probablement déjà à l'eau au
début du mois. La reproduction du Discoglosse s'est donc étalée au moins jusqu'à la mi-avril si on
considère que la larve peut se développer en à peu près quatre semaines. Les individus ont rarement
été rencontrés au stade adulte, cela est certainement dû à la discrétion de l'espèce et au fait qu'elle
commence à se reproduire tôt dans la saison (février).
Le Crapaud vert semble avoir étalé sa reproduction pour un certain nombre de secteur sur l'ensemble
de la période de prospection. Une seconde phase d'accouplement s'est produire suite aux pluies de la
fin avril alors que la période principale c?est déroulée en mars. Des adultes et des chanteurs certes peu
nombreux sont vus et entendus à Frasselli au début du mois de mai. A cette période, des stades de
développement différents sont contactés en grande partie sur la mare D, seule mare où des adultes ont
pu être détectés à chaque prospection.
Le Crapaud vert paraît être le plus adapté aux mares les plus temporaires et rechercher principalement
les milieux de faible profondeur puisqu'il y accuse ses plus fortes densités.
La Rainette sarde est l'espèce qui présente la plus grande tolérance face à la variabilité de la
physionomie des mares. A la fin mars des pontes sont observées sur le site de Frasselli situé plus haut
en altitude et moins soumis à la douceur littorale. Sur les autres secteurs visités dès le début du mois
d'avril les pontes sont aussi accompagnées par des têtards à éclosion et des têtards relativement
proches de celle-ci, qui sont issues de ponte effectuées au moins deux semaines auparavant, délai
nécessaire à leur éclosion. Les effectifs sont déjà importants comparativement à ceux mesurés
ultérieurement. Ils augmenteront graduellement jusqu'en mai, une baisse en avril est constatée sur les
mares soumises à une exondation.