Conservatoire d'espaces naturels de Corse

patrimoine naturel et culturel de la Corse

Nos actions » Migrations des oiseaux

Historique


La station d’étude de la migration printanière des oiseaux à Barcaggio est active depuis 1979. Sous l’autorité du CRBPO (Centre de Recherche sur la Biologie des Populations d’Oiseaux), du Muséum National d’Histoire Naturelle de Paris, les bénévoles du Conservatoire d'Espaces Naturels de Corse, participent à l’organisation et au fonctionnement du camp. Celui-ci a également pu avoir lieu grâce à la présence, tous les ans, de bagueurs et aides-bagueurs, tous bénévoles, venant entre-autre du continent européen.

Depuis 1991, le camp est associé au programme international de recherche sur la migration printanière des oiseaux en Méditerranée Occidentale «Piccole Isole». Ce programme, initié en 1988, par l’Instituto Nazionale per la Fauna Selvatica (INFS) de Bologne (Italie) s’organise autour de plusieurs stations insulaires et côtières (38 stations différentes depuis 1988). Ces stations sont situées en Italie, en Espagne, à l’Ile de Malte, au Maroc, en Tunisie, en Algérie et en France. Il est à noter que Barcaggio a été longtemps la seule station française participant à ce programme, rejointe en 2004 par Porquerolles

Pourquoi baguer les oiseaux ?

 

En ornithologie, il existe plusieurs techniques pour étudier la biologie, l’écologie et le comportement des oiseaux :

  • Observation
  • Comptage
  • Baguage
  • Pose d’émetteur ou de balise Argos

Les observations et les comptages présentent une limite notable : l’oiseau n’est pas individualisé et ne peut être suivi de façon individuelle. La pose d’émetteur ou de balise Argos permet de recueillir des informations très précises, mais elle est limitée dans le temps et n’est possible que pour des espèces de taille honorable, de plus elle est assez onéreuse. Le baguage des oiseaux est une bonne solution intermédiaire pour suivre un oiseau quasiment toute sa vie.

Lire la suite »

Que faire lorsque l’on trouve un oiseau bagué ?

Si vous trouvez un oiseaux bagué : www.mnhn.fr/mnhn/crbpo/
La découverte d’un oiseau bagué est capitale pour l’activité du CRBPO. Il est impératif de noter des informations et de les transmettre au CRBPO, 55 rue Buffon, 75005 Paris.
Il faut noter :

  • date de la découverte
  • lieu (commune et département)
  • espèce si possible
  • condition de la découverte (par exemple : trouvé au bord de la route, tué par mon chat, …)
  • état de l’oiseau : mort récente, blessé, …
  • vos coordonnées

Lire la suite »

Le site de Barcaggio

 

Le village de Barcaggio (commune d’Ersa) se situe à l’extrémité du Cap Corse. La vallée de l’Acqua Tignese débouche sur une baie. Cette partie du Cap Corse est un grand site classé au titre de la loi 1930, une Réserve Naturelle protège les îles Finocchiarola et de nombreuses portions du littoral sont propriétés du Conservatoire du Littoral.

Les abords de la rivière à la fin de son cours sont colonisés par les saules, milieu très attractif pour les oiseaux, puis le maquis prend place avec des zones de ronciers et des prairies. En arrière-dune, deux lagunes accueillent des oiseaux d’eau et autres êtres vivants des zones humides.

La pointe du Cap Corse, avec la vallée de l’Acqua Tignese, forme un goulot pour les oiseaux migrateurs. La présence d’une mosaïque de biotopes attire bon nombre d’espèces d’oiseaux leur offrant une halte migratoire exceptionnelle alliant tranquillité et nourriture.

Ce sont 235 espèces différentes d’oiseaux qui ont été répertoriées à Barcaggio (espèces nicheuses, migratrices, sédentaires).

En effet, pour migrer et parcourir des centaines, voire des milliers, de kilomètres, un oiseau a besoin de carburant. Il fait des réserves de graisse avant de partir, mais bien souvent il est préférable de faire des pauses pour les reconstituer partiellement, pour se reposer et faire un brin de toilette. Les oiseaux s’arrêtent bien souvent un peu avant de traverser une grande étendue d’eau. Ils repartent avec de bonnes conditions météorologiques et physiologiques, car en mer, il n’est pas question de se poser lorsque l’on n’a pas de palmes, ni un plumage adéquat !

Depuis 1999, les bagueurs et les aides-bagueurs sont logés dans la « maison des oiseaux », ruine réhabilitée par l’AAPNRC (avec bail emphytéotique). Ce petit logement est bien pratique pour la reconstitution des réserves énergétiques de l’équipe qui est sur le terrain de 5h30 à 22h, et pour passer les quelques heures de sommeil autorisées !

Lire la suite »

Synthèse de baguage depuis 1979

Les périodes de fonctionnement du camp entre 1979 et 1990 sont fluctuantes. En 1985, le camp n’a pu être organisé. Depuis 1991, du fait de la coopération avec le programme Piccole Isole, le camp se déroule du 16 avril au 15 mai en continu. La régularité dans le fonctionnement du camp depuis 1991 permet le cumul de données comparables d’une année à l’autre. De 1979 à 2004, cela représente 604 jours de capture d’oiseaux et 48651 oiseaux bagués appartenant à 127 espèces.

Lire la suite »

Pourquoi migrer ?

L’hiver avec son cortège de froid, pluie, neige est une saison difficile pour les oiseaux insectivores car la nourriture vient à manquer. Certaines espèces s’adaptent à ces conditions : augmentation de la densité du plumage, changement du régime alimentaire (des insectivores deviennent végétariens ou opportunistes, comme les mésanges). Mais les ressources alimentaires ne suffisent pas pour tout le monde. Beaucoup d’oiseaux quittent leur zone de nidification vers des contrées où les insectes, et les fruits abondent. La migration reflète ce mouvement des populations. Sous nos latitudes, la migration de printemps, ou la migration pré-nuptiale, est un mouvement du sud vers le nord ; et la migration d’automne, ou migration post-nuptiale, amène les oiseaux du nord vers le sud.
Avant de partir, les oiseaux font des réserves de graisses, leur carburant. Certains peuvent doubler leur poids !
Bien souvent, ils font des haltes pour se reposer, se nourrir ou attendre de meilleures conditions météorologiques.

Lire la suite »

D’où viennent et où vont les oiseaux de passage à Barcaggio ?

L’intérêt de baguer les oiseaux réside dans les contrôles (ou les reprises) des oiseaux déjà bagués. Le « contrôle » se fait lorsque l’oiseau porteur d’une bague repart en bonne santé et la « reprise » c’est lorsque l’oiseau porteur d’une bague est retrouvé mort.

A Barcaggio, chaque année, nous contrôlons des oiseaux portant déjà une bague, souvent provenant d’un pays étranger. De même des oiseaux que nous baguons sont contrôlés ailleurs. Le CRBPO centralise les données des bagueurs français, chaque pays a son organisme centralisateur, ils communiquent entre eux pour les oiseaux contrôlés.

Lire la suite »