Conservatoire d'espaces naturels de Corse

patrimoine naturel et culturel de la Corse

Les travaux scientifiques

Liste des travaux scientifiques réalisés par l'association et ceux auxquels elle a participé

Rechercher           

N°348 - Hydrologie de la plaine de Tavaria (embouchure du Rizzanese, Propriano) Suivi 2012/2013

Auteur : DESTANDAU R., ESTEVES M., BOSC V. - Publié en 2014 - Editeur : CEN Corse

Mots clés : Rizzanese, Hydrologie

Télécharger le rapport - 49 pages


Le conservatoire des espaces naturels Corse (CEN Corse) promeut depuis 2008 un projet de caractérisation des zones humides de l’embouchure du Rizzanese. Ce projet, dont la vocation est de réaliser un diagnostic de l’état actuel des zones humides notamment avant la mise en fonction du barrage du Rizzanese, propose différents volets d’études dont celui portant sur la connaissance de la dynamique du système hydrologique de la plaine alluviale.
Grâce au soutien financier du Conservatoire de l'espace littoral et des Rivages Lacustres (CdL) et de l’Agence de l’Eau Rhône Méditerranée Corse (AERMC), d’Electricité de France (EDF) et de la Direction Régionale de’Environnement, de l’Aménagement et du Logement
(DREAL) l’étude hydrologique, débuté au mois de décembre 2009, s’est poursuivie en 2012 et 2013. L'objectif est de comprendre et de caractériser le fonctionnement actuel de la zone humide et de déterminer les facteurs hydrologiques en jeu dans le maintien de son équilibre.
Ce suivi met en évidence le fonctionnement du bras secondaire du fleuve dont l'alimentation est permise par le système naturel d'embouchure. L'étude montre aussi un double fonctionnement de l'aquifère de la plaine, l'un régi par les échanges avec les eaux du fleuve et l'état de la mer, l'autre par sa relation aux systèmes d'écoulements secondaires (cours d'eau temporaires, affluents, etc.) et les précipitations saisonnières. Les résultats obtenus par les enregistreurs montrent de manière évidente le gain de connaissances et semble combler avantageusement les lacunes occasionnées par un protocole de terrain en
2010 basé uniquement sur des visites mensuelles. Nous avons pu ainsi comprendre que lorsque l'embouchure est totalement ouverte, l'eau du fleuve ne s'écoule plus dans le cours
secondaire.
L'étude s'est poursuivie en 2012 et 2013 par la pose de 3 enregistreurs supplémentaires et une série de 12 campagnes d'observations des niveaux piézométriques et limnimétriques des eaux souterraines et de surface. L’amélioration du système de suivi permet de mieux
d'appréhender les changements occasionnés par la mise en fonction du barrage ainsi que l’influence du barrage sur ce système La réalisation d’un profil topographique de l’ancien cours nous donne aujourd’hui les éléments pour définir le niveau critique d'assèchement du cours secondaire et les seuils de débordement.
Par un relevé automatisé des paramètres physico-chimiques de température, pH et
conductivité électrique, nous avons complémenté notre connaissance du rôle de l'embouchure et du cours secondaire dans la désalinisation de la plaine. Ils nous permettent cependant toujours pas dévaluer à ce jour les risques de pollution des zones de captages
des communes concernées.
La poursuite du suivi va permettre de définir les facteurs de contrôle de la zone humide, de pousser l’analyse du profil topographique dans la définition des seuils de débordement et les impacts prévisibles en terme d’innondabilité de la plaine et ainsi orienter les actions de
gestion et de suivi de la zone humide conformément au directive européenne « Natura 2000 » et nationale « Cadre Eau ».